Informations SFMM
Accueil » Accueil de la SFMM » La médecine mécanique » La médecine mécanique pour qui ?

La médecine mécanique pour qui ?

A qui s’adresse la médecine mécanique?
Pour en avoir une idée, nous vous invitons à lire les paragraphes suivants:

*Le patient et sa douleur
*Médecine Mécanique et grand Age

*Médecine Mécanique et grossesse

Le patient et sa douleur

La notion de grippage articulaire pourrait faire penser que cette technique de soins manuels ne s’adresse qu’aux problèmes articulaires.

Il n’en est rien !

Nombre de pathologies sans aucun signe articulaire ressenti sont en fait la conséquence plus ou moins directe de problèmes mécaniques du corps humain.

Parfois, il s’agit d’un problème mécanique pur avec une douleur ressentie localement. C’est, par exemple, le cas de l’entorse de la cheville récente, n’ayant pas eu le temps de provoquer de conséquences à distance, du lumbago aigu, d’une douleur articulaire post-traumatique,…

douleur de la cheville

entorse de la cheville

Dans d’autres cas, les troubles sont ressentis en périphérie de l’articulation. Une articulation grippée va provoquer le surmenage mécanique d’un ou plusieurs tendons, d’où de multiples tendinites, de souffrances musculaires, de contractures, d’aponévrosites plantaires.

D’autrefois, les douleurs sont ressenties à distance, projetées : maux de tête de tous types, douleurs décrites comme des tendinites mais qui n’en sont pas (souvent le cas des tendinites de l’épaule, des tendinites du moyen fessier, des souffrances du TFL…), douleurs abdominales, douleurs « ovariennes », douleurs « testiculaires ».

Du fait des perturbations mécaniques, des structures nerveuses peuvent authentiquement souffrir : douleurs névralgiques, sciatiques, cruralgies, névralgies d’Arnold, névralgies cervico brachiales, douleurs de la face, sensation vertigineuse, parfois même acouphènes.

La médecine mécanique dont le modèle a été élaboré par le Docteur Albert PÉCUNIA, propose donc une lecture tout à fait originale du corps humain, permettant le diagnostic de troubles mécaniques et le traitement, efficace et en toute sécurité, de multiples problèmes.

Le praticien de médecine mécanique reste un médecin, ce qui est le gage d’une prise en charge réellement globale de votre état de santé, la décision de manipulation n’étant prise qu’après un double diagnostic, médical et mécanique.

Médecine Mécanique et grand âge

La médecine mécanique, comme son nom l’indique, ne doit être pratiquée que par des médecins formés et entraînés. Ceux-ci possèdent de solides connaissances en anatomie et en physiologie articulaire mais ils restent avant tout des médecins, capables de retrouver derrière un symptôme banal d’allure mécanique, une pathologie nécessitant un traitement différent.

La médecine mécanique n’est pas  dangereuse et n’a que de très rares contre-indications, comme toute technique médicale. Pratiquée avec discernement et bon sens, elle doit respecteagecanonixr certaines précautions d’emploi. Le grand âge du patient fait partie de celles-ci.

Dans ce cadre, elle reste toutefois très intéressante, permettant de soulager et souvent de guérir les personnes âgées, chez qui les médicaments présentent souvent des contre-indications ou des effets secondaires qui limitent leur utilisation.

Les contre-indications de la médecine mécanique chez les personnes très âgées sont le plus souvent relatives et ne diffèrent guère de celles rencontrées chez les autres patients.  Aussi parlons plutôt des précautions d’emploi.

La liste suivante n’est pas exhaustive mais permettra de mieux situer notre pratique, en faisant prévaloir l’expérience médicale et le bon sens. Prudence donc dans les situations suivantes :

  • les prothèses vasculaires
  • les prothèses des grosses articulations
  • les anévrismes artériels
  • les fractures récentes
  • l’arthrose majeure
  • l’obésité majeure
  • les tumeurs osseuses
  • l’insuffisance cardiaque évoluée
  • les démences et autres troubles psychotiques
  • la pusillanimité

Toutes ces situations, qui, il faut le répéter ne sont pas forcément de vraies contre-indications, doivent être réfléchies et discutées avec le patient. Primum non nocere ! Mais il ne faut pas perdre de vue que la médecine mécanique, pratiquée depuis plus de cinquante ans par de nombreux médecins, a largement fait ses preuves, et qu’elle obéit à une logique anatomique et
mécanique permettant de rétablir à elle seule un bon fonctionnement articulaire.agecanonix2

Médecine Mécanique et grossesse 

douleur et grossesseLa lombalgie de la femme enceinte devient un motif de consultation de plus en plus fréquent. Nombreuses sont les femmes qui ne l’acceptent plus comme une fatalité et il est  important aujourd’hui de les soulager au mieux des connaissances médicales. La lombalgie est attribuée à des facteurs hormonaux (action de la relaxine) mais surtout à l’augmentation des contraintes mécaniques sur le rachis lombo-sacré (prise de poids et changement du centre de gravité).

L’estimation de sa fréquence varie entre 24 et 56% selon les études. Sa fréquence est maximale lors des deux premiers trimestres de la grossesse pour rester stable ensuite. En moyenne, les lombalgies débutent entre le 5ème et le 6ème mois de grossesse.

Si la lombalgie est souvent bien vécue, les conséquences peuvent être importantes sur le quotidien. Ainsi, 30 % des patientes se disent invalidées par la douleur et un tiers se plaignent de troubles du sommeil. Parmi les parturientes lombalgiques, 15 à 20 % sont amenées à consulter un spécialiste.

Il faut rappeler que les grossesses sont de plus en plus tardives et les patientes professionnellement de plus en plus actives donc exigeantes sur la qualité du déroulement de leur grossesse. 10 % d’entre elles se voient prescrire un arrêt de travail d’une durée moyenne de 7 semaines. (1)

Pouvoir rattacher cette doléance à une souffrance d’organe, à une tension musculaire ou une compression radiculaire ou tronculaire impose une connaissance des caractères propres à chacune de ces algies.

La connaissance par le praticien de la physiopathologie de ces lombalgies ainsi que les différents diagnostics différentiels chez la femme enceinte est donc indispensable. L’examen clinique minutieux et complet assure un diagnostic précis.

Devant la pauvreté des thérapeutiques médicamenteuses durant la grossesse, les techniques de dégrippage articulaire du rachis lombo-sacré ont une place  importante dans la prise en charge des lombalgies. Les techniques de Pécunia sont particulièrement bien adaptées à la femme enceinte quel que soit le terme, pas de pression sur l’abdomen comme avec les techniques des ostéopathes donc pas de risque pour le fœtus. La technique Pécunia du fait de son innocuité pour le fétus et la mère peut être répétée dès la récidive des douleurs, certaines femmes sont venues consulter jusque dans les derniers jours de la grossesse.

grossesse comique